Des solutions concrètes pour les personnes malvoyantes

Optic 2ooo s’engage dans la Basse Vision à 2 niveaux, en développant :
des Centres Basse Vision CECOM, dans le cadre de la Fondation Groupe Optic 2000
des Magasins Optic 2000 Agréés « Spécialiste Basse Vision ».

Aujourd’hui, plus de 2 millions de personnes souffrent de malvoyance. Les personnes malvoyantes subissent une perte de performance visuelle qui ne peut plus se corriger avec de simples lunettes. Au-delà même de la pathologie et de son traitement, la basse vision s’accompagne souvent d’une perte d’autonomie (difficultés pour se déplacer, reconnaître les visages, lire, écrire, …). Cet investissement dans la prise en charge de la basse vision s’inscrit dans la continuité naturelle du rôle d’un opticien. C’est pourquoi Optic 2000 a décidé, depuis 2009, de s’investir dans la prise en charge spécifique de la basse vision.

La basse vision, qu’est-ce que c’est ?

La basse vision caractérise un déficit visuel important, qui ne peut être corrigé par des lunettes de vue ou des lentilles de contact, pas plus que par un traitement médical ou une intervention chirurgicale. Elle est définie par une acuité visuelle du meilleur œil corrigé inférieure ou égale à 3/10è  et/ou un champ visuel de moins de 10° à partir de l’objet regardé. La basse vision est causée par différentes pathologies qui entraînent des difficultés de vision spécifiques. Ainsi, la cataracte, le glaucome ou encore la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), pour ne citer qu’elles, peuvent être responsables de la baisse de l’acuité visuelle.

LES CENTRES BASSE VISION CECOM - PARIS, LILLE ET BESANCON

Les Centres CECOM ont été créés à l’initiative de la Fondation Groupe Optic 2000 pour offrir à la personne malvoyante un parcours de santé adapté. Dans ces centres, la personne malvoyante peut bénéficier d’un accueil personnalisé par des professionnels, sur rendez-vous. L'objectif est de lui permettre de retrouver de l'autonomie au quotidien, en proposant gratuitement :

- Des conseils sur les moyens et matériels existants pour compenser les incapacités visuelles,  et sur les possibilités de financement.

- Des essais d’aides techniques adaptées : éclairages, filtres, loupes...

- Une orientation dans un parcours de soins personnalisé : vers d’autres professionnels qui peuvent intervenir dans la prise en charge de la personne malvoyante (opticien, orthoptiste, ergothérapeute, psychomotricien, instructeur de locomotion, psychologue…), ou vers des relais associatifs locaux.

La prise en charge d'1h30 est réalisée par des orthoptistes et opticiens spécialistes basse vision.

- L'orthoptiste fait le point sur l'ensemble des examens déjà réalisés, les conditions de vie, les problèmes de vue, ainsi que les attentes de la personne.

- L'opticien réalise un examen visuel spécifique, fait essayer les différents types d'aides techniques appropriées et en évalue l’efficacité.

A l’issue du rendez-vous, une synthèse sur les types d’aides optiques et non optiques les plus appropriées à la situation est délivrée. Elle est aussi transmise à l'ophtalmologiste. Cet entretien n’est pas un acte de diagnostic. Il est gratuit, et ne représente ni un acte médical, ni un bilan orthoptique et aucune vente n’est réalisée.

Pour prendre rendez-vous, ou obtenir plus d’informations : bassevision.cecom@fondationoptic2000.fr 

- CECOM Paris - 13 rue Moreau, 75012 Paris, 01 53 46 26 90

- CECOM Lille - Institut Ophtalmologique La Louvière,  20 rue du Ballon, 59000 Lille, 03 20 15 75 32

- CECOM Besançon - Les Salins de Bregille, 7 Chemin des Monts de Bregille du Haut, 25000 Besançon, 03 81 65 86 84

LES CENTRES AGRÉÉS « SPÉCIALISTE BASSE VISION » 

Les centres agréés « Spécialiste Basse Vision » offrent un accompagnement personnalisé aux personnes malvoyantes et une meilleure qualité de vie. Aujourd’hui, près de 180 magasins Optic 2000 sont agréés « Spécialiste Basse Vision ». Pour recevoir l’agrément, le magasin Optic 2000 doit répondre aux 6 critères définis avec le conseil scientifique d'Optic 2ooo (composé d’ophtalmologistes, d’orthoptistes et d’opticiens) :

- disposer d’un local adapté et réservé à la basse vision,

- disposer des aides visuelles nécessaires pour répondre aux besoins de chaque client,

- au moins un opticien doit être compétent et formé en basse vision,

- être organisé pour bien recevoir la personne malvoyante,

- utiliser les outils de communication des centres agréés basse vision,

- avoir des échanges réguliers avec les ophtalmologistes et orthoptistes.

La personne malvoyante est accueillie sur rendez-vous par un opticien spécialisé.

L’opticien spécialisé :

- questionne et écoute la personne malvoyante sur les difficultés rencontrées liées au handicap visuel, et détermine avec elle les tâches visuelles prioritaires,

- réalise un examen visuel spécifique dans le but de déterminer l’aide la mieux adaptée à son besoin,

- fait essayer ces aides visuelles disponibles dans le centre (certaines catégories de ces aides peuvent être prêtées afin de les tester à domicile),

- communique le bilan optique à l’ophtalmologiste qui prescrit l’appareillage le mieux adapté,

- vend les aides visuelles qui ont été testées,

- informe également sur les aides financières dont la personne malvoyante peut disposer, et la met en contact dans sa région avec des relais associatifs.

Les aides visuelles proposées permettent d’améliorer la vision au quotidien. Voici quelques exemples :

- La lampe fluorescente ou halogène permet d’éclairer un plan de travail comme la lumière du jour, renforçant la perception des contrastes.

- Différents types de loupes, à main, à poser ou à fixer sur une monture, peuvent aider à lire un prix, remplir un chèque ou exécuter un travail minutieux. Certaines sont dotées d’un éclairage LED.

- Sortes de loupes modernes, certaines aides électroniques permettent aussi de visualiser l’image agrandie sur un écran inclus ou séparé, et effectuent la mise au point automatiquement.

Les fichiers à télécharger :

L'annuaire des Centres Optic 2000 Agréés Basse Vision
Les centres agréés basse Vision en France